L’assistance électrique d’un vélo : comment ça marche ?

Bien que le vélo électrique ne fasse que quelque millier de vente en France, il devient de plus en plus prisé. Il ne marche pas comme un vélo ordinaire. Le vélo n’est pas électrique. C’est son assistance qui l’est. Alors comment fonctionne l’assistance électrique, un élément essentiel pour faire avancer le vélo électrique ?

Le rôle du conducteur sur l’assistance électrique

Le vélo à assistance électrique (VAE) est un véhicule hybride. Il rallie l’énergie du cycliste à celle du moteur électrique pour le faire avancer. D’abord sachez que l’assistance est composée d’un moteur, d’une batterie, d’un capteur, d’une console et enfin d’un contrôleur. Pour déclencher l’assistance il faut pédaler. Sans cet investissement du conducteur, le vélo électrique ne peut pas avancer. A première vue, un VAE ne diffère pas d’un vélo traditionnel.

Mais c’est aussi au niveau de ce pédalage que le vélo électrique se distingue du vélo classique. L’effort demandé pour un VAE est moindre. Il suffit seulement de déclencher l’assistance et tous se fait quasi automatiquement après. En montée, on n’a pas besoin de forcer sur les pédales. L’assistance électrique fait tout le travail pour nous faire avancer sur les dénivelés. Néanmoins, la présence de l’assistance ne nous prive pas de l’effort. Il aide seulement à diminuer les dépenses d’énergie en pédalage.

Dès que le cycliste freine ou arrête de pédaler, le moteur se coupe immédiatement. En résumé, l’assistance ne fait que seconder le pédalage. Il faut pédaler comme avec vélo ordinaire pour engager ce système afin de continuer à prendre de vitesse. Arrivé à 25km/h l’assistance se coupe automatiquement. C’est la vitesse maximum autorisée pour le vélo électrique en France.

assistance-electrique

Le fonctionnement de chaque élément de l’assistance électrique

Chacun des éléments de l’assistance a son propre rôle pour assister le cycliste dans sa conduite. Après les pédalages du conducteur, les capteurs de pédalage envoie un signal électrique au conducteur. Dès lors le contrôleur ouvre les vannes entre le moteur et la batterie. Selon le signal envoyé par le capteur, le contrôleur peut mettre le vélo en route, l’arrêter ou demander au moteur de monter en puissance. Le bon fonctionnement de l’assistance dépend donc essentiellement de cet élément. Il se place entre le moteur, la batterie et le capteur pour les faires communiquer. En somme, le contrôleur est le cerveau du système d’assistance.

Sur le cintre, on retrouve une console. Ce dernier sert à sélectionner le nombre d’assistance (au nombre de 3 en général). Il indique aussi l’autonomie restante de la batterie. Pour certains modèles de vélo plus sophistiqué, la console donne d’autres informations telles que la longueur parcourue ou bien l’autonomie selon le niveau d’assistance activé.

Enfin le moteur se place en général sur le pédalier ou sur le moyeu de la roue arrière ou avant. Dès qu’il tourne, la conduite devient plus souple et demande moins d’effort. Le fonctionnement de ce dernier dépend de la performance de la batterie. C’est la batterie qui emmagasine de l’énergie pour le délivrer au moteur électrique selon le mode d’assistance choisi.

Découvrez les critères pour choisir un bon VAE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *